Paroles de sage avec Mochizuki Hiroo

Au fur et à mesure que ma pratique s’affine et que j’ai pu y intégrer ce que j’avais appris ici et là au long des années, mon karaté shotokan est devenu shinjukai, ma manière d’utiliser le corps s’est modifiée, les principes que je mets en avant ont changé, les projections et le maniement des armes ont trouvé leur place… bref, de nombreuses choses ont évolué.

A tel point que l’on m’a plusieurs fois dit que mon karaté était un peu du Yoseikan Budo. Chose à laquelle je réponds toujours de la même façon : Non 🙂

Et mes arguments sont les suivants.

Premièrement, je n’ai jamais été élève du Yoseikan et je n’ai fait que 3 stages avec Mochizuki Hiroo et un avec Jean-Pierre Pichereau. Inutile donc d’en dire plus. Il est évident qu’avec si peu de pratique dans ce domaine, jamais je n’oserai dire que je fais du Yoseikan.

La seconde raison que j’invoque, et qui pour moi est finalement la plus essentielle, c’est que les principes que je mets en avant dans ma pratique sont bien différents de ceux du Yoseikan Budo. Et qui a-t-il de plus essentiel que les principes mis en avant pour déterminer une école ??? Pas grand-chose.

Néanmoins, bien que ne pratiquant pas cette discipline, j’ai toujours eu un penchant pour le Yoseikan et cette alchimie entre percussion, projection, travail au sol, armes, fluidité, adaptabilité … et un penchant encore plus grand pour les discours plein de bon sens de son fondateur Mochizuki Hiroo.

J’avais parlé de lui brièvement et avec humour lors d’une petit bourde sur la base de donnée de la FFKDA, mais aujourd’hui je voudrais revenir un peu plus sur ce GRAND MONSIEUR des arts martiaux qui a tant fait pour leur développement dans notre pays. Et à qui, sans toujours le savoir, les pratiquants d’arts martiaux japonais (judo, jujutsu, aïkido, karatedo) doivent beaucoup.

Je vous propose donc quelques articles et vidéos pour mieux connaître l’homme et le Yoseikan Budo:

Un article sur son parcours publié par la FFKDA dans son magazine en ligne.

Un article publié par la FFKDA dans l’Officiel Karaté Magazine d’octobre 2009 dans un dossier – Evolution et Tradition.

Une première vidéo où Mochizuki senseï présente de nombreux aspects de sa discipline.

Une deuxième vidéo où il parle un peu de son parcours, son travail, mais surtout de l’adaptation, de l’ouverture d’esprit et de l’humilité.

Puis une longue interview en plusieurs parties.

Et oui, sans toujours le savoir, on a presque tous un lien avec Mochizuki Hiroo. Il est le passé et le présent des arts martiaux, et nul doute que son héritage construira le futur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s