Katas shotokan: apprentissage, livres et vidéos

Je l’ai toujours dit, si je ne devais garder qu’un seul exercice dans ma pratique, je choisirais les katas.20150106_135209

Car le kata, c’est un travail global:

  • De la préparation technique (corriger et bien faire les mouvements).
  • De la préparation physique (travail musculaire lors de l’exécution des positions et de la contraction en fin de mouvement, explosivité et vitesse d’enchaînement pour le cardio).
  • De la préparation au combat (dans l’état d’esprit d’abord, puis dans la mise en application de tous les enchaînements composants les katas).

Ahhh, les katas. Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours adoré pratiquer les katas. Il y a quelques années, ils donnaient même le tempo de tous mes dimanches matins. En effet, je me rendais seul au dojo chaque dimanche et mon programme d’entraînement était toujours le même :

  • Une première boucle des 26 katas du shotokan effectués lentement qui me servait d’échauffement.
  • Une seconde boucle des 26 katas effectués en rythme et avec puissance.
  • Puis je choisissais un kata à travailler, et je le découpais en plusieurs blocs que je répétais une dizaine de fois afin d’améliorer et corriger techniquement chaque partie.

Quel plaisir ! Je peux vous dire qu’après cela, j’étais rincé. 🙂

Bon, assez parlé de moi, et revenons à l’essentiel, les katas.

Comme tous les enseignants, j’ai régulièrement des élèves qui font des erreurs dans les katas. Et sans prendre en considération le niveau du pratiquant et ses capacités techniques, je me suis rendu compte que les erreurs viennent généralement de deux facteurs.

  • Une mauvaise connaissance ou compréhension du mouvement
  • Ce qui a pu être visualisé dans des livres ou sur diverses vidéos (pas toujours de qualité ou en accord avec votre école, car on trouve de tout en vidéo, notamment sur le net).

C’est pour cela que j’ai pour habitude de donner le conseil suivant.

N’apprenez pas un kata à partir d’un livre ou d’une vidéo

A ces deux facteurs s’ajoutent aujourd’hui les difficultés de concentration et de mémoire qui touchent globalement notre société. Effectivement de nos jours, peu de monde à l’habitude de retenir les numéros de téléphones, les adresses, etc… Tout est informatisé dans nos appareils électroniques. Puis si on se trompe, on peut immediatement effacer et corriger sans problème. Mais la mémoire et l’attention, c’est comme tout, ça s’éduque et ça s’entretient. Le fait est qu’aujourd’hui il est souvent plus difficile d’enregistrer les enchaînements qu’autrefois, lorsque ordinateurs et smartphones n’accompagnaient pas notre quotidien.

Pour apprendre un kata et le retenir, il est important de le comprendre. Et c’est pour cela qu’il est nécessaire de l’étudier avec quelqu’un qui pourra vous en transmettre les subtilités. Par contre, une fois assimilé, il est intéressant d’utiliser les livres et autres vidéos pour le « réviser » et le retravailler.

D’ailleurs, en parlant de le retravailler. Comme tous les mouvements, les katas doivent être répétés et améliorés sans cesse, notamment pour leur donner plus de fond. Comme un danseur répète ses positions, et un musicien répète ses gammes. Quel que soit votre niveau, il faudra toujours travailler heian shodan. Toujours travailler mae geri, toujours faire oï-zuki. Eh oui désolé. 🙂

Comme disait Yahara senseï dans une interview du magazine Ceinture Noire de 2003 :

En ce qui concerne les katas, je me concentre sur heian shodan. Plus j’avance, et plus je réalise que le plus simple et aussi le plus difficile.

Pour preuve, il a présenté heian shodan et bassaï daï pour l’obtention de son 8ème dan. Deux katas qui étaient demandé au shodan il y a encore peu de temps.

Attention, faire un kata et l’améliorer sont deux choses distinctes. Il est important d’en prendre conscience. Pour progresser dans un kata, il faut en améliorer les différentes parties, les positions, les techniques, le rythme, l’explosivité, la puissance des mouvements, la capacité d’enchaînement, l’état d’esprit, la respiration, … et il est bien évident qu’il est impossible d’améliorer tout cela en même temps en répétant le kata inlassablement. Faire le kata, c’est justement essayer de faire ressortir tout ce que l’on a améliorer et lui donner vie. N’oubliez pas que l’essentiel n’est pas dans le kata lui même, mais dans tout le travail que l’on peut effectuer autour, et tout ce qu’il va faire ressortir chez nous.

Faire un kata, ce n’est pas une récitation.

Avant de faire un kata, il faut donc le travailler. Et avant de le travailler, vous pouvez, comme je le disais précédemment, utiliser les livres et vidéos pour vous remémorer les katas et avoir quelques conseils.

Mais que choisir ???

Livres sur les Katas

Il y a de nombreux livres qui présentent les katas, et il peut y avoir de nombreuses différences allant d’une petite variation, à une erreur flagrante indiquant que le kata n’a visiblement pas du tout été compris. Et oui, malheureusement, cela peut aussi arriver à ceux qui écrivent des livres (idem pour les vidéos)… Néanmoins, si vous avez appris un kata avec votre enseignant, la majorité des livres feront l’affaire. Le mieux est encore d’aller dans une librairie pour en feuilleter plusieurs si possible et choisir ainsi votre préféré, ou plutôt celui qui correspond le plus à l’enseignement que vous avez reçu.

Pour ma part, j’en possède une dizaine sur les katas shotokan dans ma bibliothèque. Mais si je dois vous en conseiller, je choisirais ceux de Kase senseï. Pourquoi ceux-là ? Simplement, parce que les katas présentés sont exactement ceux qui m’ont été transmis et que je transmets à mon tour. Et comme je l’ai dit, il peut y avoir plusieurs variations sur certains mouvements ou enchaînements suivant les groupes et les écoles. Pour ma part, je m’en tiens donc à la version de Kase Taïji.

Pour les katas dits supérieurs, je vous conseille donc le livre publié aux éditions Budo
livre-kata-kase

Malheureusement, il est actuellement en rupture de stock, à moins que vous le trouviez chez un revendeur qui dispose encore de quelques exemplaires. Attention toutefois à ne pas l’acheter à des prix exorbitants que l’on trouve parfois sur le net. Il coûte normalement une quarantaine d’euros.

Pour les katas dits de base, vous pouvez utiliser celui-ci qui vient de paraître.

les-katas-de-base-du-karate-do-kase

Et pour ceux qui sont plus informatique que papier, je vous conseille d’aller jeter un œil sur le site de Pascal Lecourt qui décrit très bien les katas tels qu’ils étaient effectués par Kase Senseï

Vidéos des Katas

Pour ce qui est des vidéos, il est vrai qu’on m’a souvent posé la question de savoir ce que je recommandais. Mon problème est que je ne connais aucune vidéo qui présente l’ensemble des katas comme je le voudrais. C’est-à-dire :

  • La forme que je pratique
  • Effectué par un pratiquant de qualité (beaucoup de vidéos montrent des gros défauts de base dès le départ, comme des appel du pied par exemple)
  • Avec une image de qualité et sous différents angles.

Et oui, je suis exigeant. 🙂

Alors, certains élèves m’ont déjà posé la question suivante :

Pourquoi tu n’en fais pas une ?

Tout d’abord car je ne suis pas parfait, et mes katas non plus. 😉
Je sais que je suis perfectionniste et que les katas ont une telle importance pour moi que je n’en serais « jamais » assez satisfait. Et que pour que j’en sois un minimum content, il me faudrait un temps considérable, et beaucoup de matériel. Ce que je n’ai pas.

jks

Néanmoins, j’ai découvert récemment plusieurs vidéos sur le net qui sont d’une qualité plus que suffisante pour que je vous les conseille aujourd’hui. Celles-ci viennent de Kagawa Masao et ses élèves de la Japan Karate Shoto Federation (JKS).

La première vidéo présente d’abord quelques exercices préparatoires, puis les 5 heian. Les katas jion et sochin sont aussi effectués, alors que Kagawa senseï les corrige et commente.

Dans la seconde vidéo, les katas effectués sont : nijushiho / wankan / unsu / kanku sho / jion / kanku daï / enpi / bassaï daï / gojushiho daï / gojushiho sho

La troisième présente, elle, les katas suivant : gankaku / tekki nidan / tekki sandan / meikyo / hangetsu / jiin / chinte / bassaï sho / sochin / jitte

Malheureusement, les vidéos ont été supprimé depuis la publication 😦

Voilà, à l’approche de noël et durant cette période où vous n’irez sûrement pas au dojo, n’oubliez pas que vous pouvez (devez) vous entraînez seul et n’hésitez pas à pratiquer les katas encore et encore. Les katas shotokan, et/ou tous ceux que vous avez appris. Notamment ceux du shinjukaï si vous les connaissez. 🙂

Bon entrainement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s