Dix questions à Hélène Doué

J’ai posé mes dix questions à Hélène Doué

Helene doué

Nom : Doué
Prénom : Hélène
Date de naissance : 07/05/1980
Discipline : Aïkido
Dojo/Club : Olympiades Aïkido Club
Site Internet : www.olympiadesaikidoclub.fr
Tes enseignants (d’avant et d’aujourd’hui) : Christian Tissier

Les 10 questions

1 – Pourquoi et quand as-tu débuté les arts martiaux ?

J’ai commencé l’Aïkido en 1989, à 9 ans.
Un peu par hasard (habitant à côté du cercle Tissier à Vincennes), et un peu par fascination pour les arts martiaux sans doute (grande admiratrice de Bruce Lee, l’idée de faire des arts martiaux devait déjà faire son chemin)

2 – Pourquoi continuer ?

Pour entretenir l’enthousiasme de la pratique !
Même si les raisons de la pérennité de la pratique sont plus profondes, et que l’on mesure la richesse des principes que l’on étudie au fur et à mesure des années, quand je vais à l’entraînement, c’est avant tout par plaisir, de chuter et de faire chuter.

3 – Les orientations de ta pratique ?

Affiner ma technique en prenant toujours plaisir à travailler les bases de la discipline, pour trouver des solutions de plus en plus justes dans des situations de pratique de plus en plus variées.

4 – Comment s’entraîner ?

Avec générosité, et en conscience des éléments sur lesquels on doit progresser.
Quand on est enseignant, je pense que c’est important de venir à l’entraînement en se positionnant en tant qu’élève, pour ne pas s’enfermer dans ses certitudes et être capable de continuer à apprendre, de ses pairs, de ses maîtres.

5 – Comment enseigner ?

Pour ma part, en transmettant les fondamentaux de ma discipline.
Pour donner aux élèves une base solide, sur laquelle ils pourront s’appuyer pour trouver de la liberté dans leur pratique, avec des allers-retours constants entre répétition des bases et travail d’applications.

6 – L’évolution des arts martiaux ?

Je suis de nature optimiste, et j’ai tendance à dire que les arts martiaux auront toujours une place dans notre société.
A nous (enseignants et pratiquants) de bien représenter nos disciplines et de créer l’envie de s’y engager pour de nombreuses années, voire d’accompagner toute une vie.

7 – Un enchaînement technique ?

Plutôt un sentiment très jouissif.
Sur une attaque bien engagée, trouver le placement et le timing juste pour projeter un partenaire dans la continuité de son élan initial.
Le rapport naturel des différences de gabarit, d’âge, de condition physique ou de genre se trouvent ainsi mis à mal !

8 – Une anecdote ?

Lorsque j’ai obtenu mon grade actuel (5ème dan), j’accouchais au même moment de mon second garçon. Du coup, lorsque que je suis revenue sur les tatamis quelques mois plus tard, les gens m’ont tout naturellement félicitée pour la naissance, et pas un mot sur ma promotion…ce que j’ai trouvé parfaitement dans l’ordre des choses, et un bon moyen de rester humble dans sa progression.

9 – Un coup de gueule ?

Pas vraiment.
Lorsque quelque chose ne me convient pas je préfère le dire que de l’écrire 🙂

10 – Le futur ?

Impossible à prévoir. Alors essayons plutôt, par le biais de nos pratiques martiales, d’être attentifs à l’instant présent 🙂

Un grand merci Hélène pour tes réponses.

Vous pouvez retrouver tous ceux qui ont accepté de répondre à mes dix questions sur la page Les 10 questions

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s